C’est en pleine mutation du secteur de l’Image que je me suis lancé dans la photographie de mode au début des années 2000. C’est dans cette tumultueuse course aux pixels et à la productivité, tendance du « tout numérique », que j’ai décidé de privilégier la photographie argentique pour mieux aborder le virage du numérique.

Retour sur un choix artistique stratégique :

La technologie des capteurs numérique est arrivée timidement en France avec des contraintes d’utilisation que les professionnels de l’image pouvaient difficilement supporter au départ. 
Très vite, les performances des boîtiers réflexes ont considérablement évolué pour apporter le confort que nous connaissons aujourd’hui avec des transferts de données via des ondes ou des cartes mémoires aussi miniatures que puissantes en stockage. Les écrans de contrôle deviennent tactiles pour mieux se rapprocher de l’expérience utilisateur, celle de tenir entre ses doigts une impression instantanée Polaroid, un Ekta couleur ou noir et blanc (Scala 200x). 
Le Pola est bien plus qu’un support de contrôle se trouvant à proximité d'un compte fil. À mes yeux, c’est une relique qui côtoie l’intime. C’est à la fois un témoignage, un fantasme et un mystère. 
La photographie argentique offre tout simplement une dimension naturelle, pure, que n’a pas encore atteint l’image numérique. Des professionnels de l’image, photographes et/ou réalisateurs, s’accordent ensemble autour des avantages intrinsèques de la technologie argentique, que ce soit à travers la profondeur (définition et relief de l’image) ou la restitution authentique de notre perception.
Par ailleurs, en argentique, on travaille dans un univers concret qui ne laisse aucun droit à l’erreur : ici pas de pixels, pas de shooting illimités… L’image doit d’être pensée parfaitement, sinon les modèles reprennent la pause et on recommence la prise de vue, jusqu’à ce que l’image s’affichant sur le Pola atteint le niveau de qualité souhaité. La photographie argentique ne ment pas, elle est concrète. Elle implique une grande rigueur qui écarte l’erreur dans le travail. C’est cette rigueur dans la pratique de la photographie argentique qui m’a apporté l’exigence dans le travail numérique et mes autres activités.